Date(s)

01/09/2022 
10/11/2022

Lieu

75006 Paris 
,

Infos pratiques

Musée de Minéralogie MINES ParisTech
60 Boulevard Saint Michel
75006 Paris

Entrée du Musée : 6€ plein tarif, 3€ tarif réduit, gratuit pour les moins de 12 ans

Site web & Social media

Présentation

L’exposition artistique « Pierres Vivantes » est proposée successivement dans deux collections scientifiques historiques : au Musée géologique de Lisbonne (fondé en 1859) et au Musée de Minéralogie MINES Paris (de l’Ecole des Mines, fondée en1783). Deux versions de l’exposition seront présentées, incluant des artistes portugais et français. L’exposition est complétée par un programme éducatif développé pour le grand public avec des événements interdisciplinaires, dans chaque musée, où l’art et la science se mêlent.

Dans le cadre de la Saison France-Portugal, cet événement artistique vise à rendre hommage à ces deux musées européens et au rôle qu’ils ont joué dans l’histoire culturelle des deux capitales. L’exposition permet de mettre en connexion des roches et minéraux, véritables œuvres d’art naturelles, avec des objets artistiques contemporains, renforçant le potentiel perpétuellement innovant de ces collections.

L’exposition lance une réflexion sur la pollinisation entre l’information scientifique et artistique centrée sur la pierre – en tant que symbole primordial à la fois de la pratique artistique (étant la « matière de l’art ») et de la production de connaissances scientifiques (englobant des domaines tels que la géologie, l’astronomie, la géodésie, l’archéologie, etc.). Ces thèmes sont appliqués dans le contexte contemporain, où la pierre est un matériau vivant, en constante réinvention – à travers la pratique scientifique et artistique – entre le naturel et l’artificiel, entre le virtuel et le réel. L’exposition pose la question : quel est le potentiel de la pierre aujourd’hui ? Chacun des artistes appliquera certains aspects de la pierre et des aspects de l’histoire des deux musées à son propre contexte culturel.

L’exposition est accessible avec une entrée payante standard (pas de surcoût pour l’exposition).

 

Commissaire d’exposition : MARTA JECU

Artistes invités

RAPHAEL DENIS (né 1979, vit et travaille en France, www.without-link.com) extraits de la gravure de la Renaissance d’Albrecht Duerer, Melancholia, le poliedre, qui est un élément paradigmatique pour l’indistinctivité des sciences (mathématiques, astronomie) et des arts occultes (alchimie). Denis recharge cet élément en une série de formes qui reproduisent notre imaginaire scientifique contemporain sur la structure de la matière organique et inorganique, liée à la haute technologie.

LUCA POZZI (né 1980, vit et travaille en ITALIE, https://www.lucapozzi.com) explore les techniques qui fusionnent des matériaux et des informations virtuels et réels, concrets et abstraits.
Sa fameuse pierre en lévitation il présente les pierres comme le résultat d’un événement imprévisible. Pour lui, elles encapsulent un message orienté vers l’avenir concernant la connexion entre le micro-univers atomique et le vaste macro-univers. Pozzi est un «scientifique de l’art» et expérimente des techniques numériques de croisement des matières.

GABRIEL LEGER (né 1978, vit et travaille en FRANCE https://gabrielleger.com ) utilise la matière et sa temporalité infinie pour se connecter à une connaissance que l’humain a perdue au cours de l’histoire. Dans ses œuvres, il mélange des pièces d’art ancien avec des morceaux de matière inorganique des temps immémoriaux et des références à notre histoire de la civilisation. En reproduisant des actions, des gestes, des moments qui viennent du passé et en joignant ces sources, il crée des rituels contemporains qui produisent de nouvelles connaissances et informations.

MARTINHO MENDES (né 1981, travaille au Madeira PORTUGAL) travaille en relation avec l’histoire socio-géologique de Madèira et (comme Pedro Sequeira) avec le pigment minéral trouvé sur le terrain. Ses expositions minimales et conceptuelles sont des installations unitaires dans lesquelles il raconte et interprète des histoires locales liées à l’exploitation de la pierre et du territoire à Madère. Des personnages et des faits historiques se mêlent à des éléments fantastiques tirés du folklore local liés à une mémoire populaire de l’écosystème.

SERGIO CARRONHA (né en 1984, vit et travaille au PORTUGAL) L’artiste, travaillant principalement avec des matériaux terrestres – certains permanents et d’autres éphemeres – est actuellement basé en Alentejo, où il développe un projet à long terme lié à la terre et le développement des civilisations par rapport au territoire. Il recueille ses matériaux et produit ses œuvres en intervenant dans l’écosystème donné et en testant les effets de ses interventions. Ses préoccupations sont les liens complexes entre les minéraux, les fossiles, les conditions météorologiques, la topographie et la biosphère.

GILLES ZARK (né 1965, vit et travaille en FRANCE) travaille à l’Institut géographique national Paris et également en tant qu’artiste. Ses peintures et séries de dessins numériques, par exemple Empreinte génétique du territoire (2020), montrent une vue d’oiseau sur le territoire – une représentation topographique du relief. Basées sur des données cartographiques professionnelles, ces images de la terre offrent une dimension hallucinatoire rendue par notre propre imaginaire et l’information technologique. Ils peuvent représenter des strates géologiques de territoire, mais en même temps, ils peuvent représenter des terres habitées et des structures urbaines complexes. L’anneau en acier qui sera placé dans une petite vitrine suspendue devant un panneau, a été gravé avec des coordonnées géographiques d’un lieu spécifique à 3000m d’altitude en Kirghistan. Cet espace-temps persiste dans un lieu universel de mémoire. L’objet circulaire marque cet espace-temps virtuel, lieu perpétuel revisité par le sujet. En ce sens, il représente un retour rituel à une source.

PEDRO SEQUEIRA   ( né 1977 au Portugal) travaille non seulement sur le thème de la pierre, mais travaille avec de la poudre de pierre, comme la matière de ses peintures, sculptures et dessins.
Collectionneur de minéraux et de pierres précieuses, il s’intéresse à l’esthétique des pierres mais aussi à leur rareté par rapport au territoire. Il est collectionneur de minéraux dans les montagnes du Portugal, tailleur de pierres précieuses et chercheur scientifique en pierres précieuses. Son atelier dans lequel il produit des oeuvres artistiques et des bijoux contemporains est le laboratoire d’un connaisseur dans lequel (avec la poudre qui tombe de la taille des pierres précieuses) ses peintures à grande échelle émergent. Pour lui, tailler des pierres précieuses ou réaliser ses œuvres conceptuelles et minimales sont les différentes conséquences d’un même sujet.

RITA GASPAR VIEIRA (née á Leiria, 1976, vit et travaille á Lisbonne) Opérant dans le champ du dessin et de la tridimensionnalité, le travail de Rita Gaspar Vieira interroge la relation entre la mémoire privée et le collectif commun des lieux habités, mettant en évidence la relation entre les pratiques quotidiennes et les procédures artistiques que ces pratiques constituent dans son travail et des matterialitées. Dans sa pratique, la production de papier de coton et la reproductions des textures de pierre et bois sont récurrentes, ce qui constitue la genèse du design et de ses installations. Rita Gaspar Vieira a étudié les arts visuels à la F.B.A.U.L. (Lisbonne), où il a également fait une maîtrise en théories de l’art et un doctorat en beaux-arts – dessin. Son travail se retrouve dans d’importantes collections institutionnelles.

MARTA ALVIM (née á 1979, Porto, vit et travaille á Lisbonne) est une artiste et cinéaste. Vos oeuvres sont des répétitions et des enquêtes formelles qui explorent les convergences entre la pensée, le récit et l’image. Dans son œuvre, les notions de temps, de conscience et de réalité sont présentes dans des discours centrés sur l’Homme, la Nature, le
connaissance et subjectivité. À travers l’installation, la photographie et le cinéma
expérimental favorise la réflexion à travers des idées de durabilité, d’exploration,
utopie et libération. Son travail a été exposé depuis dans des galeries, des musées, des centres d’art et des festivals en plusieurs pays

VINCENT VOILLAT ( né 1978, vit et travaille en France), travaille avec les pouvoirs expressifs et énergétiques des pierres, provoquant en même temps des formes de pierres hybrides, allant au-delà du naturel. Son travail minimal fait allusion aux mouvements cosmiques de la pierre, de l’échelle d’une pierre fluviale trouvée à celle des planètes et des constellations tournantes. Il s’intéresse également à une dimension anthropocentrée de la pierre, confondant le temps de l’humain avec le temps de la pierre, dans un éternel retour sans fin ni commencement. Son travail de texte, où il recueille des textes écrits par différents scientifiques sur la pierre, reprends de références historiques, poétiques, scientifiques et de la histoire de l’art sur les pierres.

ROSELL MESEGUER (née 1976, vit et travaille au SPAIN) a un intérêt constant pour le sujet de la colonisation minérale. Dans son projet Rare Earth Elements, elle élargit la lecture géopolitique avec des questions artistiques. Ses projets incluent des travaux sur le terrain, la recherche dans des archives et des recherches historiques. Son travaille est matérialisé dans des livres d’artiste, installations, œuvres en dessin, gravure, vidéo et photographie.

FERNANDA FRAGATEIRO (née à Montijo, Portugal, 1962, vit et travaille à Lisbonne). Son travail se caractérise avant tout par une approche interdisciplinaire, où des domaines tels que la sculpture, l’installation, la céramique, l’architecture, le design ou l’illustration se croisent et se rapportent les uns aux autres. Elle est l’une des artistes portugaises les plus importantes aujourd’hui

CLAIRE DE SANTA COLOMA ( Né 1983 à Buenos Aires, Argentine. Vit entre Sydney (Australie) et Lisbonne (Portugal). L’objectif de son travail est l’idée de la sculpture elle-même, et les matériaux dont le bois, le fossile, les pierres sont une partie centrale. Son travail montre des affinités avec la sculpture abstraite du XXe siècle.

Vernissage le 1er septembre 

 

Photos

Marta Alvim Credit: Marta Alvim/Marta Alvim (2022), Theory of Discomfort. Film stills.

Martinho Mendes Credit: Martinho Mendes  : Martinho Mendes (2021), Tornadoiros: as pedras de Sísifo. Digital photography.

Raphaël Denis  Credit: Raphaël Denis : Raphaël Denis (2015), ÉLÉMENT. 60 x 54 x 54 mm, Acier, Plomb.

Luca Pozzi Credit: Luca Pozzi /Luca Pozzi (2020) ROSETTA MISSION. Video and foto installation

Images, photos